Critique – Gone Girl

gone girl posterÉtats-Unis : 2014
Titre original : –
Réalisateur : David Fincher
Scénario : Gillian Flynn
Acteurs : Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris
Distribution : Twentieth Century Fox France
Durée : 2h29
Genre : thriller
Date de sortie : 08 octobre 2014

Note : 4,5/5

Le maître du thriller David Fincher nous livre sa nouvelle cuvée avec Gone Girl, adaptation du roman Les Apparences de Gillian Flynn. Et c’est un nouveau jeu pervers du chat et de la souris que le réalisateur nous offre, un film diablement hitchcockien.
Synopsis : A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?
gone girl Rosamund Pike
Les apparences sont souvent trompeuses
Difficile de rentrer dans les détails de l’intrigue de Gone Girl qui est ponctuée de nombreux rebondissement à s’arracher les cheveux. Difficile dans ces conditions d’évoquer un film que l’on a adoré de bout en bout, avec un vrai rythme, une richesse d’écriture, une narration palpitante et deux acteurs au sommet (Rosamund Pike allant jusqu’à éclipser Ben Affleck). Le concept est simple : un couple bien sous tous rapports, la femme qui disparaît du jour au lendemain et une question : le mari l’a-t-il tué ? Gone Girl est raconté tantôt du point de vue de Ben Affleck qui paraît être le mari idéal, tantôt du point de vue de Rosamund Pike et plus précisément de ses journaux intimes où elle semble donner une image toute contraire à celle que l’on se faisait dès lors. S’en suit une course poursuite haletante de 2h30 afin d’extirper la vérité et comprendre ce qui s’est vraiment passé. David Fincher revient dans une forme olympique après son adaptation de Millenium en 2011, maîtrisée mais moins inspirante. Là on retrouve le réalisateur de Se7en par son côté pervers diabolique et Zodiac pour sa narration dense et son intrigue en eaux troubles. Il livre un film sur le couple, anxiogène et malsain, avec une vraie réflexion de mise en scène (couleurs fades, plans courts, il se permet même de couper le logo de la Fox lors des premières secondes), et une intrigue sadique que Hitchcock aurait facilement pu adapter. Au final on tient l’un des meilleurs films de l’année 2014 : Nick a-t-il tué Amy ? Pour le savoir rendez-vous en salles !
gone girl Ben Affleck

Les +
+ L’ambiance
+ Les acteurs
+ Les twists
+ Diabolique et pervers
Les –
– Un poil long parfois

About Author

Leave A Reply

Facebook
Twitter
Instagram